Follow Us

(+237) 667 76 44 79
[email protected]

Lun - Ven 7.30 - 14.30
Samedi 7.30 - 12.30

Oku White Honey, Cameroon
Some of the world’s most famous products owe their success to the region they are produced. Whether it is tequila from Mexico, Italian parmigiana cheese, or Colombian coffee, the unique geographical features of where these products are produced results in their equally unique qualities. Geographical Indications (GIs) are a form of intellectual property (IP) right that protects such products, and they have helped spur economic development (Yale University, 2003).

The forests of Cameroon are a unique ecosystem with diverse flora (Photo: Flickr/Sarahtz)
While Africa is endowed with some of the richest ecosystems in the world (World Bank, 2012), GIs in the continent have yet to take off (African Commission/European Commission Workshop on Geographical Indications, 2011). However, with the help of the African Intellectual Property Organization (OAPI), a small number of products from various African countries have been registered as GIs as a way to increase market reach and expand the livelihood of producers (Agence Française de Développement (AFD), 2013).
One of the first three products is Oku white honey from the Republic of Cameroon (Cameroon), which is produced in the nationally protected forest of Kilum Ijim near Mount Oku (French Agricultural Research Centre for International Development (CIRAD), 2013). As one of Cameroon’s first registered GIs, producers and cooperatives involved in the production of Oku white honey are hoping that their product can eventually compete on an international level with the likes of other well-known GIs and spur economic development.

Goods with specific geographical origin
The originality of Oku white honey depends on the unique ecosystem of the forest in which it is made (AFD, 2014). In general, there are two ways in which honey is procured: harvesting it from wild bees or using the science of domesticating bees, which is known as apiculture (according to the Food and Agriculture Organization (FAO), 2009). While the common image of apiculture might be a beekeeper (one who practices apiculture) clad in a protective suit harvesting honey on a bee farm, there is another type of apiculture that places artificial hives in the forest (V.J. Ingram, University of Amsterdam, 2014). Honey and other products harvested from these beehives are considered to be non-timber forest products, or NTFPs.
In the north-central Adamaoua region of Cameroon, forest apiculture has been practiced for centuries. Instead of managing beehives in one location, those practicing apiculture in this region move their beehives to select points in the Kilum Ijim forest. But why do they do this instead of keeping all of the beehives in one location for easy access and harvesting? The answer lies within the specific geographical features and ecosystem of the Adamaoua region and the Kilum Ijim forest, which harbor plants that when pollinated by the bees result in honey that yields unique characteristics.

Collecting bees for the handmade beehives – and then to be moved to the forest – can be a dangerous task, but one that producers can do safely thanks to their traditional knowledge (Photo: Flickr/Umberto Salvagnin)
Rising up to 2,000 meters above sea level, the Kilum Ijim forest is a rich, diverse ecosystem covering over 20,000 hectares (CIRAD, 2013). With over 150 melliferous plant species (V.J. Ingram, University of Amsterdam, 2014), which is a plant that can be collected by insects and turned into honey (FAO, 2011), the amount of rainfall, sunlight, temperature, altitude, and soil quality in the Kilum Ijim forest all serve to influence the end product (V.J. Ingram, University of Amsterdam, 2014).
Two plants that yield white flowers in particular – schefflera abyssinica and nuxia congesta – work in combination with the environment help give Oku white honey its unique properties, especially its creamy white color (Slow Food Foundation, 2014). Abundant in the Kilum Ijim forest, they are pollenated by the bees that local beekeepers have moved throughout the forest. When the bees return to their hives to produce honey, the effects of these two plants help create an exceedingly rare (according to a study by the Institute of Agricultural Research for Development) and sweet, white, creamy honey that is slightly acidic with hints of grape juice and citrus (Slow Food Foundation, 2014).
Beyond these two species, the bees pollinate many other flowers in the forest that have been used by the local population for centuries (The Farmer’s Voice, 2012), bringing additional beneficial properties to these plants that are used in medicinal or herbal capacities, thus making them more effective and desirable (FAO, 2011).

Traditional knowledge
Apiculture as practiced in the Adamaoua region has been taking place for at least 150 years and is an important part of family and community traditions (V.J. Ingram, University of Amsterdam, 2014). This traditional knowledge extends not only to the practice of apiculture, but the use of honey and beehives. Specifically in the rural areas of Adamaoua, honey is well-known for it medicinal purposes to treat coughs, wounds, skin infections, asthma, stomach ailments, and other skin disorders (V.J. Ingram, University of Amsterdam, 2014).
Traditional knowledge on how to make beehives, collect the bees, and where to place the beehives in the forests is extremely important to the quality of Oku white honey. Producing it is not easy and it is a practice that has been passed down orally within families and communities (V.J. Ingram, University of Amsterdam, 2014). A tedious process, hives are first built from locally available resources and then taken to grassland areas to capture swarming bees, which can be a dangerous job (according to Bang George, manager of Oku Honey Cooperatives).
Between September and April the handmade hives are colonized with the captured bees (Slow Food Foundation for Biodiversity, 2014), which are then moved to the forests between November and March. The specific harvesting period must be closely followed, after which the honey is taken to the processing unit to be inspected and prepared for sale (according to Bang George, manager of Oku Honey Cooperatives).

Producers make beehives out of locally available materials and move them to strategic locations in the forest (Photo: Flickr/ilovebutter)
Long an important commodity in Cameroon, the traditional knowledge on how to make Oku white honey is a skill that is not only passed down through generations but is also unique to the region (V.J. Ingram, University of Amsterdam, 2014).

Geographical indication
One important way to protect this traditional knowledge is through a protected geographical indication (PGI), which links the region and traditional knowledge with the product (Michael Blakeny, Australian National University, 2012). Thanks to a PGI, producers are able to add value to their products, which can be sold in niche markets to customers who are willing to pay a premium, and in turn bring in higher prices and an increase in producers’ livelihoods (Bibi de Lange, Wageningen University and Research Centre).
With funding from AFD, support from CIRAD, and implementation by OAPI (FAO, 2011), Cameroon was the first country in Africa to have PGIs registered, of which Oku white honey was one of the first registrations made in 2013, with up to sixteen countries recognizing the Oku white honey PGI (CIRAD, 2013). With the PGI in place, only farmers, producers, and cooperatives working in the Oku region are allowed to produce and market their honey as official Oku white honey.
To ensure a consistent high level of quality, the PGI enumerates specific standards for how Oku white honey is produced. Beehive construction, designated locations in the forest for beehive installation, and required equipment and practices for harvesting honey all have requirements that must be followed (according to Bang George, manager of Oku Honey Cooperatives). Once the honey is transferred from the forest, specific processing techniques are also adhered to. Such practices include refraining from harvesting during rain, ensuring the use of clean and dry buckets to transfer the honey, and processing the honey in a prescribed, traditional method.
Speaking to the Cameroon Tribune at a regional seminar on GIs, Ayite Juliette, OAPI Deputy General Manager, said “Placing a product under such protection reduces the likelihood of piracy, fraud, and counterfeiting, but also significantly boosts farmers’ incomes.”

Branding and commercialization
An essential aspect of the Oku White Honey PGI is the development of a brand that is synonymous with rare, high quality honey unique to a specific region. Unlike Penja Pepper, which is another PGI from Cameroon and is well-known in the international culinary world, Oku white honey has been sold predominantly within Cameroon (V.J. Ingram, University of Amsterdam, 2014), so the development of the brand is important for the success of the product and other resulting NTFPs.
Because of the domestic focus (which is typical for honey originating from African countries) – especially until registration of the PGI – developing a singular brand for products such as Oku white honey, or other African apiculture products, has proven difficult (United Nations Conference on Trade and Development, 2006). Producers and cooperatives such as the Oku Honey Cooperative (OHC) hope that, with the help of the PGI, the product and brand will be able to expand its market internationally (The Farmer’s Voice, 2012).

Oku White honey is creamy and white, making it a very unique product (Photo: Flickr/Ninacoco)
Further improvements are also required in packaging, training capacity, and processing (Cameroon Tribune, 2014). That being said, as of 2014 four major commercialization avenues are in place for official farmers of Oku white honey: OHC; the Programme d’Appui aux Initiatives Locales à L’Auto-Emploi, which helps farmers meet standards in Europe and North America for export; Tropical Forest Products, a small honey and wax importer in the United Kingdom; and Guiding Hope, a non-governmental organization (NGO) that primarily focuses on the national market and has increasingly helped farmers develop value added NTFPs, such as soaps and propolis (FAO, 2010).
Along with Oku white honey, these NTFPs have become useful commodities for farmers and local cooperatives to market locally and abroad (FAO, 1998). By 2014, farmers, NGOs, and cooperatives such as OHC were working towards expanding such commercialization efforts for Oku white honey and related products domestically and internationally (Agricultures Network, 2009).

Business results
In Cameroon, apiculture has been predominantly an occupation in rural areas (FAO, 2007). By further exploiting the value of Oku white honey though the PGI and focusing on niche international markets (as well as continuing to target domestic markets), farmers, producers, small and medium-sized enterprises (SMEs), and cooperatives such as OHC have been able to continue to develop the apiculture sector and increase their livelihoods (Ecology and Society, 2011).
Notwithstanding various challenges such as deforestation from logging that threatens the Kilum Ijim forest and the bees’ habitat (The Farmer’s Voice, 2014), the Oku white honey PGI has brought increased awareness to the product and other NTFPs resulting from its production. According to Bang George, manager of OHC, in 2014 between eight and ten metric tons of Oku white honey were produced annually under the PGI scheme, and up to 40 million Central African CFA Francs (FCFA; approximately US$75,000 in 2014) are infused into the local economy every year.
Only a few years after the PGI was registered, sale prices per kilogram have increased by up to 40 percent and hundreds of new apiculture NGOs, SMEs, and other groups have sprung up (Centre for International Forestry Research, 2010). As of 2014, one liter of processed Oku white honey commands a price of FCFA 4,000 (approximately US$7.50 as of 2014), whereas before the PGI one liter sold for only FCFA 1,500 (approximately US$2.83), representing a significant increase (according to the Cameroon Tribune, 2014).
Beyond these individual enterprises, thousands of people are involved in producing official Oku white honey through the cooperatives such as OHC and the Oku White Honey Producers Association, and the increased income they have received thanks to the PGI – which allows Oku white honey to command a premium – has brought many positive economic and social changes to those involved in its commercialization (according to the Cameroon Tribune, 2014).

Oku white honey derives its well-known color and qualities from the pollen and nectar of the flowers of the forests in Oku. (Photo: Flickr/Tom Phillips)
Making a buzz with a PGI
As apiculture skills are passed down from generation to generation, they can empower rural youth and enhance their economic and social outlook (FAO, 2012). Moreover, the PGI for Oku white honey can be used as an instrument for increased economic development in the region by maintaining quality standards, increasing market share, and encouraging future investment (Joint Research Unit Innovation, CIRAD, 2011). The experiences, both positive and negative, of the Oku white honey PGI could also serve as an example for how the richness of the African continent can be effectively exploited.

SOURCE: PROCESS ALIMENTAIRE. Septembre 2015-N°1328

Très aromatique et reconnu IGP, le poivre de Penja se structure pour gagner l’international. Reportage au Cameroun chez René Claude Metomo président du groupement des producteurs.

REPORTAGE: Laurence HAXAIRE

A une centaine de kilomètres du Mont Cameroun, sur des collines basaltiques au milieu d’immenses bananeraies, pousse le poivre de Penja. Fond animal velouté, notes lourdes, boisées, ambrés et musquées, piquant typique: ce poivre blanc est tellement spécifique qu’il a bénéficié de l’une des premières Indications géographiques protégées (IGP) d’Afrique.

Coopérative de conditionnement

Dans les années 2005, l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI) et l’Association française de développement (AFD) prospectaient pour lancer les premières IGP en Afrique. Le poivre de Penja était éligible, car son terroir et le savoir-faire de ses producteurs lui confèrent une qualité reconnue par les plus grands cuisiniers mondiaux. Ils commencèrent alors à structurer la filière locale avec des planteurs comme René Claude Metomo, qui a repris en 1996 la plantation d’ananas de son père avant d’y développer majoritairement la seule culture alors rentable: le poivre. Les banques ont suivi en pré-finançant les campagnes, tandis que le ministère de l’Agriculture a offert un tracteur – machinerie rare et précieuse ici – à l’association des producteurs.

Depuis l’obtention de l’IGP en 2013, le prix du poivre a doublé. Les surfaces plantées sont en train  d’être recensées, René Claude Metomo, qui est président du groupement, les estime à 300 ha  actuellement, avec une soixantaine en plus chaque année. Il en cultive lui-même quarante, ce qui le place second producteur après la Société des plantations du haut Penja (groupe Dole).Avant l’IGP, il exportait 10% de sa production, contre 50% aujourd’hui, soit une quinzaine de tonnes en 2014.

La récolte précédente était meilleure, mais entre les aléas climatiques et microbiologiques et les vols sur pieds, fléau régional contre lequel même la rotation mensuelle des gardiens n’est suffisante, la production n’est pas encore optimale. Le Cirad travaille avec les producteurs sur toutes ces problématiques, notamment les invasions fongiques des racines des tuteurs.

Les volumes sont encore confidentiels, mais ils sont amenés à se développer. Le centre de conditionnement du groupement des producteurs sera opérationnel en Janvier 2016, cofinancé par le ministère de l’Agriculture camerounais et le programme pour le développement solidaire du ministère de l’intérieur français.  » Notre objectif à moyen terme est que 100% du poivre de Penja quitte la région IGP en étant conditionné », explique René Claude Metomo.

Lui-même a sa propre marque commerciale, Afidi, et son unité de transformation dédiée. Une seconde unité est en cours juste à côté; Sur 400 m², elle produira dès 2016 des jus de papaye, goyave et mangues (6000 litres par jour), des infusettes (citronnelle notamment), des fruits séchés et épices (clou de girofle, cola de bouche…). La certification Iso 22000 est en préparation. L’entrepreneur y investit 180 millions de francs CFA (275000 d’Euro). L’IGP poivre de Penja donne un sérieux coup de pouce au développement agroalimentaire de la région et l’opportunité aux transformateurs français de ce distinguer avec cet ingrédient premium…

Le poivre blanc de Penja

Désolé, cet article est seulement disponible en Anglais Américain.

Par Josiane Kouagheu (contributrice Le Monde Afrique, à Penja)
Le Monde.fr Le 08.03.2016 à 16h10  



image: http://s2.lemde.fr/image/2016/03/08/768×0/4878708_3_86aa_une-pepiniere-de-poivre-a-penja_a841a6b2169f9abdbbe58fc992f1287c.jpg

Ils sont tous concentrés à la tâche. Perchés sur des échelles ou debout, les mains accrochées aux feuilles, ils cueillent. Des éclats de rire et des voix s’échappent des fois. Dans cette plantation située à Penja, dans la région du Littoral au Cameroun, des hommes et femmes s’attellent à la cueillette du poivre blanc de Penja. « Je suis là depuis 7 heures du matin, lance souriant Hervé Tadgoum. J’espère cueillir au moins 40 kilos ce jour ». Comme de nombreux cueilleurs, Hervé gagne entre 50 et 100 F CFA (environ 2 centimes d’euro) par kilo de poivre cueilli.
« A la fin de la journée, je me retrouve avec au moins 2 000 F CFA (environ 3 euros). Même si monter et descendre de l’échelle est pénible et parfois dangereux car on peut tomber, rien que l’odeur du poivre me fait oublier la douleur, rigole le jeune homme âgé de 30 ans. Vous savez, c’est le meilleur poivre au monde. Il est vendu partout. »
A Penja, petite ville aux 40 000 habitants, le poivre blanc fait la « fierté » de la population, au même titre que le Bordeaux en France par exemple. En effet, ce condiment cultivé sur un sol volcanique est le premier produit d’Afrique subsaharienne ayant bénéficié en 2013 d’une indication géographique (IG), une appellation d’origine et de qualité attribuée par l’Union européenne.
300 tonnes de poivre produites en 2015
Pour obtenir cette IG (titre de propriété intellectuelle), attribuée la même année au miel blanc d’Oku, produit dans la région du nord-ouest du Cameroun, les producteurs de Penja qui cultivent ce condiment depuis des décennies ont bénéficié du financement de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI) et de l’Agence française de développement (AFD, partenaire du Monde Afrique).
« Aujourd’hui, trois ans après, du point de vue statistique, nous sommes passés d’une dizaine de producteurs à 200. Le rendement a également augmenté. De 2 500 à 3 000 F CFA il y a des années, le prix du kilo se situait entre 12 000 et 14 000 F CFA lors de la campagne 2015 », se réjouit Emmanuel Nzenowo. Le secrétaire exécutif du groupement IG Poivre de Penja précise qu’environ 300 tonnes de poivre ont été produites en 2015 : 60 à 70 % de cette récolte ont été écoulés sur le marché local. Le reste a été exporté à l’étranger, plus particulièrement en Europe.

image: http://s1.lemde.fr/image/2016/03/08/768×0/4878709_6_8ce8_un-cultivateur-recoltant-le-poivre-de-penja_263a028a7d8d292323d0804557698716.jpg

Dans sa plantation située sur les hauteurs de Penja, René Claude Metomo observe les va-et-vient de ses cueilleurs. Sur une superficie de 20 hectares, il a récolté environ 20 tonnes de poivre blanc de Penja en 2015. « Pour cette année 2016, le climat nous joue des tours. Depuis vingt ans, c’est la plus grave sécheresse que je connaisse, soupire-t-il, le regard rivé sur une plante tout asséchée. Il y a aussi des ravageurs et des chenilles qui rongent des feuilles et abîment les poivres. »
Pour limiter ces dégâts qui s’annoncent, les deux cents producteurs, disséminés dans les six arrondissements (Littoral et Sud-Ouest) où se cultive le poivre, et la centaine de distributeurs comptent se réunir comme c’est souvent le cas en début de campagne, pour discuter et fixer ensemble le prix du kilo, de façon à ce qu’il n’y ait pas « de perdant », souligne Emmanuel Nzenowo.
                                                        

                                Graines « d’or »
« Il y a peut-être la sécheresse. Mais nous comptons sur le goût unique du poivre blanc de Penja pour maintenir notre clientèle, car lorsqu’on le déguste, on sent immédiatement la différence avec les autres poivres, espère André Takougoum, propriétaire d’un champ de poivre. Il est piquant, agréable et a vraiment un arôme particulier, impossible à décrire. »
Au restaurant Marie Poulet de Penja, Marie Emene, la propriétaire, a une touche « magique » : son poivre blanc, au « goût parfumé » et à l’arôme « magique ». Chaque semaine, elle assaisonne ses poulets, poissons et autres sauces, avec un kilo de ses graines « d’or ». Un amour qui dure depuis quarante ans. Elle rêve aujourd’hui de posséder un champ de poivre bien à elle.
Le processus d’obtention de ce poivre tant convoité est pourtant long : après six mois en pépinière, les lianes de poivrier sont plantées au pied des tuteurs (des troncs d’arbres où vont s’enrouler ces lianes). Il faut alors patienter entre trois et cinq ans pour récolter. « Par la suite, le poivre récolté est trempé dans de l’eau pendant dix jours. Il est ensuite séché pour obtenir le poivre blanc de Penja », précise François Noubissi, producteur. Le poivre le plus vendu reste jusqu’ici le poivre blanc, mais des poivres noir, vert et rouge sont également produits à Penja.
« Nous comptons sur notre station de conditionnement et l’installation de l’eau potable qui seront bientôt opérationnelles pour développer davantage toutes nos activités », espère le secrétaire exécutif du groupement IG Poivre de Penja.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/03/08/cameroun-le-poivre-de-penja-produit-du-terroir-aux-aromes-magiques_4878710_3212.html#G5QPo9DWMBy3lAp9.99

Gastronomie : le poivre, une passion africaine.

Vert, rouge, noir, gris, le poivre sublime les mets les plus délicats dans bien des pays. Tour du monde des meilleurs crus et recettes alléchantes.
Il y a plus de cinq mille ans, l’homme employait déjà des épices. Elles servaient à la conservation des aliments grâce à leurs propriétés antifongiques et apportaient plus de saveur aux aliments. « Cet usage, c’est le principe de la cuisine », rappelle Terre de poivres, un très beau livre consacré à « la plus noble des épices et l’une des plus consommées au monde ». Paradoxalement, on connaît mal ces grains au goût piquant présents sur toutes les tables. Peu de gens savent que le Piper nigrum est le fruit d’une liane originaire du sud de l’Inde, dont le nom circulait déjà en Europe au IVe siècle avant Jésus-Christ. Et difficile de s’y retrouver parmi toutes les variétés…

Le poivre vert et le poivre rouge sont en fait du poivre noir à différents stades de maturation, le gris étant du noir moulu et le blanc encore du noir, mais débarrassé de sa pulpe externe. En botanique, on distingue le « vrai » poivre du « faux », à savoir les baies. Selon la classification établie au XVIIIe siècle, seuls les fruits des Piper ont le droit à l’appellation « poivre ». Ainsi, le fameux szechuan n’est pas un poivre. Précis et didactique, Terre de poivres nous instruit en remettant les pendules à l’heure, mais ouvre néanmoins ses pages à toutes les graines aux saveurs poivrées, cardamome, genièvre ou coriandre.

http://I:\article presse poivre de Penja.mht

Parmi les produits plus connus dans le monde, un certain nombre doivent leur succès à leur lieu d’origine. Qu’il s’agisse de tequila du Mexique, de fromage parmesan d’Italie, ou de café de Colombie, ce sont les spécificités des régions d’où ils proviennent qui déterminent les caractéristiques d’exception par lesquelles ils se distinguent. Les indications géographiques sont un type de droit de propriété intellectuelle dont la fonction est de protéger de tels produits et qui contribue à stimuler le développement économique (Université Yale, 2003).


Les forêts du Cameroun constituent un écosystème unique en son genre et abritent une flore d’une grande diversité (Photo : Flickr/Sarahtz)
Si le continent africain bénéficie de l’un des écosystèmes les plus riches du monde (Banque mondiale, 2012), les indications géographiques n’y sont pas encore chose courante (atelier Union africaine – Union européenne sur les indications géographiques, 2011). Avec l’aide de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI), un petit nombre de produits de divers pays d’Afrique se sont cependant vus reconnaître à ce titre une protection destinée à leur permettre de mieux pénétrer le marché et à fournir à leurs producteurs de meilleurs moyens d’assurer leur subsistance (Agence Française de Développement (AFD), 2013).
L’un des trois premiers de ces produits a été le miel blanc d’Oku, produit dans la forêt nationale protégée de Kilum Ijim, près du Mont Oku, au Cameroun (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), 2013). Ses producteurs et leurs coopératives espèrent que leur produit, l’un des premiers de ce pays à bénéficier d’une indication géographique, pourra un jour se mesurer sur les marchés internationaux à d’autres produits notoires protégés et contribuer ainsi au développement économique de leur pays.

       Un produit originaire d’une zone géographique spécifique.

Le miel blanc d’Oku doit son originalité à l’écosystème exceptionnel que représente la forêt dans laquelle il est produit (AFD, 2014). D’une manière générale, il peut être obtenu de deux manières : par récolte dans des nids d’abeilles sauvages ou par une technique d’élevage nommée apiculture Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), 2009). Si l’image qui vient communément à l’esprit dans ce contexte est celle d’un personnage couvert de la tête aux pieds d’une combinaison protectrice et occupé à récolter du miel dans une ferme apicole, cet élevage se pratique aussi d’une autre manière, à savoir en installant des ruches artificielles en forêt (V.J. Ingram, Université d’Amsterdam, 2014). Le miel et les autres produits récoltés dans ces ruches sont considérés comme des produits forestiers non ligneux (PFNL).
Les habitants de la région de l’Adamaoua, qui traverse le centre nord du Cameroun, pratiquent l’apiculture forestière depuis des siècles, en transportant leurs ruches dans des endroits bien précis de la forêt de Kilum Ijim. On peut se demander pourquoi ils les déplacent ainsi au lieu de les laisser toujours au même endroit, de manière à y avoir accès plus aisément et à faciliter la récolte. La réponse est que la région de l’Adamaoua et la forêt de Kilum Ijim jouissent de caractères géographiques et d’un écosystème particuliers et abritent des espèces végétales dont la pollinisation par les abeilles a pour effet de conférer au miel des qualités exceptionnelles.


Attirer les abeilles dans des ruches artificielles pour les déplacer ensuite en forêt peut être un travail dangereux, mais les savoirs traditionnels appliqués par les apiculteurs leur permettent de l’effectuer sans risques (Photo : Flickr/Umberto Salvagnin)
La forêt de montagne de Kilum Ijim, qui couvre une superficie de plus de 20 000 hectares et dans laquelle les abeilles peuvent butiner jusqu’à 2000 m d’altitude, est un écosystème diversifié d’une grande richesse (CIRAD, 2013). Elle abrite plus de 150 espèces de plantes mellifères (V.J. Ingram, Université d’Amsterdam, 2014) – c’est à dire de plantes produisant des substances à partir desquelles les insectes peuvent faire du miel (FAO, 2011), – et réunit des conditions de pluviométrie, d’ensoleillement, de température, d’altitude et de qualité de sol qui ont toutes une influence sur la qualité de ce miel (V.J. Ingram, Université d’Amsterdam, 2014).
Outre d’être liées à l’environnement, les qualités exceptionnelles du miel blanc d’Oku, et notamment sa couleur d’un blanc crémeux, lui sont conférées en particulier par deux variétés de plantes à fleurs blanches : le Schefflera abyssinica et le Nuxia congesta (Slow Food Foundation, 2014). Présentes en abondance dans la forêt de Kilum Ijim, ces dernières sont pollinisées par les abeilles transportées dans la forêt par les apiculteurs locaux, qui fabriquent ensuite dans leurs ruches un miel d’un blanc crémeux d’une grande rareté (selon une étude de l’Institut de Recherche Agricole pour le Développement) sucré avec une pointe acidulée, évoquant légèrement le jus de raisin et le citron (Slow Food Foundation, 2014).
Les abeilles pollinisent également dans cette forêt les fleurs de nombreuses autres plantes utilisées depuis des siècles par les populations locales (The Farmer’s Voice, 2012), leur conférant ainsi d’autres propriétés et effets bénéfiques qui les valorisent notamment en tant qu’herbes ou plantes médicinales (FAO, 2011).

   Des savoirs traditionnels.

Il y a au moins 150 ans que l’apiculture est pratiquée selon les mêmes méthodes dans l’Adamaoua, et elle occupe une place importante dans les traditions familiales et communautaires de la région (V.J. Ingram, Université d’Amsterdam, 2014). Ces savoirs traditionnels concernent non seulement la pratique de l’apiculture, mais aussi l’utilisation du miel ainsi que les ruches. Les régions rurales de l’Adamaoua connaissent bien, en particulier, les vertus médicinales du miel pour le traitement de la toux, des blessures, des infections et autres maladies de la peau, de l’asthme et des maux d’estomac (V.J. Ingram, Université d’Amsterdam, 2014).
Les savoirs traditionnels relatifs à la fabrication des ruches, à la capture des essaims d’abeilles et au choix du lieu d’installation des ruches dans la forêt sont extrêmement importants pour la qualité du miel blanc d’Oku. La production de ce dernier n’est en effet pas chose facile, et fait appel à des pratiques qui se sont transmises au sein des familles et des communautés (V.J. Ingram, Université d’Amsterdam, 2014). Il s’agit d’un processus laborieux pour les apiculteurs, qui doivent d’abord fabriquer manuellement des ruches avec les ressources disponibles localement, pour les transporter ensuite dans des clairières herbeuses où ils capturent des abeilles en essaimage – une tâche qui n’est pas sans ses dangers(according to Bang George, directeur de la Oku Honey Cooperative).
Les ruches sont colonisées par les abeilles ainsi capturées entre septembre et avril (Slow Food Foundation for Biodiversity, 2014), et transportées en forêt entre novembre et mars. La récolte doit être effectuée au cours d’une période bien précise, le miel étant ensuite transporté jusqu’à une installation de traitement, où il est inspecté et préparé en vue de la vente (Bang George, directeur de la Oku Honey Cooperative).


Les producteurs fabriquent des ruches avec des matériaux disponibles localement, puis les disposent d’une manière judicieuse dans la forêt (Photo : Flickr/ilovebutter)
Le miel blanc d’Oku est depuis longtemps une denrée importante au Cameroun, et sa technique de production est un savoir traditionnel qui n’existe dans aucune autre région et se transmet de génération en génération (V.J. Ingram, Université d’Amsterdam, 2014).

   Indication Géographique.

L’indication géographique protégée (IGP), qui établit un lien entre le produit, sa région de provenance et le savoir faire sur lequel il s’appuie(Michael Blakeny, Université Australian National, 2012) est un outil important pour la protection de ce type de savoir traditionnel. Une indication géographique protégée permet aux producteurs de mieux gagner leur vie, car elle ajoute de la valeur à leurs produits qu’ils peuvent vendre, dès lors, à des prix plus élevés dans des créneaux de marché où la clientèle est disposée à les accepter (Bibi de Lange, Université et centre de recherche de Wageningen).
Grâce à l’aide financière de l’AFD, au soutien du CIRAD et à l’impulsion de l’OAPI (FAO, 2011), le Cameroun a été le premier pays d’Afrique à enregistrer des indications géographiques protégées, dont une, notamment, en 2013 pour le miel d’Oku, qui sera reconnu à ce titre dans près de 16 pays africains (CIRAD, 2013). Cette indication géographique interdit à tout agriculteur, producteur ou coopérative n’exerçant pas ses activités dans la région d’Oku de produire ou de commercialiser son miel comme étant de l’authentique miel blanc d’Oku.
Afin d’assurer l’uniformité de la qualité du miel blanc d’Oku, l’indication géographique énumère les normes spécifiques auxquelles doit répondre sa production. La construction des ruches, l’emplacement des parcelles de forêt où elles peuvent être installées et le matériel ainsi que les méthodes à utiliser pour la récolte font l’objet de prescriptions précises, qui doivent toutes être respectées (Bang George, directeur de la Oku Honey Cooperative). La manière dont le miel est traité après son retour de la forêt est également soumise à des règles techniques, comme par exemple l’interdiction de le récolter sous la pluie, l’obligation de n’utiliser que des seaux propres et secs et le fait que sa transformation doit être réalisée exclusivement selon une méthode traditionnelle bien déterminée.
Dans une entrevue accordée au Cameroon Tribune en marge d’un séminaire sur les indications géographiques, Mme Ayité Juliette, directeur général adjoint de l’OAPI, a déclaré que “conférer une telle protection à un produit permet de réduire les risques de piratage, de fraude et de contrefaçon, mais aussi d’accroître considérablement le revenu des agriculteurs”.

  Image de marque et commercialisation.

L’un des objectifs primordiaux de l’indication géographique du miel blanc d’Oku est l’établissement d’une image de produit rare et de haute qualité. En effet, contrairement au poivre de Penja, un autre produit du Cameroun protégé par une indication géographique qui est bien connu dans les milieux culinaires du monde entier, le miel blanc d’Oku a toujours été commercialisé principalement sur le marché intérieur camerounais (V.J. Ingram, Université d’Amsterdam, 2014), de sorte que la construction d’une image de marque est essentielle à son succès ainsi qu’à celui des autres produits forestiers non ligneux qui en découlent.
La création d’une image de marque distinctive pour les produits africains tels que le miel blanc d’Oku ou d’autres produits de la ruche a souvent été rendue difficile par le fait que la vente de ces produits était concentrée sur le marché local, en particulier jusqu’à l’enregistrement d’une indication d’origine protégée (une situation courante en ce qui concerne les miels originaires de pays d’Afrique) (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, 2006). Les producteurs et leurs associations, par exemple la Oku Honey Cooperative (OHC), espèrent que l’indication d’origine sera le moyen pour leur produit et sa marque de prendre leur place sur le marché international (The Farmer’s Voice, 2012).


Le miel d’Oku a une couleur blanche et une texture crémeuse qui en font un produit d’exception (Photo : Flickr/Ninacoco)
Des améliorations sont également nécessaires en matière de conditionnement, de capacité de formation et de traitement (Cameroon Tribune, 2014). Cela étant, les producteurs officiels de miel blanc d’Oku ont à leur disposition quatre grandes filières de commercialisation depuis 2014 : l’OHC, le Programme d’appui aux initiatives locales à l’auto emploi, qui aide les agriculteurs à se conformer aux normes imposées aux exportateurs vers les pays d’Europe et d’Amérique du Nord, la société Tropical Forest Products, une petite entreprise importatrice de miel et de cire du Royaume Uni et Guide de l’espoir, une organisation non gouvernementale dont les efforts sont principalement axés sur le marché national et qui aide un nombre croissant d’agriculteurs à élaborer des produits forestiers non ligneux à valeur ajoutée tels que savons et propolis (FAO, 2010).
Parallèlement au miel blanc d’Oku, ces produits forestiers non ligneux sont devenus importants pour les agriculteurs locaux et leurs coopératives, qui les vendent sur le marché intérieur ainsi qu’à l’étranger (FAO, 1998). En 2014, l’effort de commercialisation nationale et internationale de miel blanc d’Oku et de produits connexes a réuni des apiculteurs, des organisations non gouvernementales et des coopératives telles que la OHC (Agricultures Network, 2009).

   Résultats commerciaux.

L’apiculture a toujours été principalement une activité rurale au Cameroun (FAO, 2007). Grâce à l’enregistrement de l’indication géographique, qui leur a permis de mieux exploiter la valeur du miel blanc d’Oku en mettant l’accent sur des marchés de niche à l’international (tout en continuant de cibler les marchés intérieurs), apiculteurs, producteurs, petites et moyennes entreprises (PME) et coopératives telles que la OHC ont pu poursuivre le développement du secteur de l’apiculture et améliorer les revenus qu’ils en retirent (Ecology and Society, 2011).
Si l’avenir n’est pas sans risques, notamment ceux liés au déboisement qui menace la forêt de Kilum Ijim et l’habitat des abeilles (The Farmer’s Voice, 2014), l’indication géographique a eu pour effet de mieux faire connaître le miel blanc d’Oku ainsi que les autres produits forestiers non ligneux résultant de sa production. M. Bang George, directeur de la Oku Honey Cooperative, a indiqué en 2014 que la production annuelle de miel blanc d’Oku protégé par l’indication géographique se situait entre huit et 10 tonnes et permettait de faire chaque année une injection de l’ordre de 40 millions de francs CFA d’Afrique centrale (environ 75 000 dollars É. U. en 2014) dans l’économie locale.
En quelques années seulement, depuis l’enregistrement de l’indication géographique protégée, le prix de vente au kilo de miel blanc d’Oku a connu une augmentation de près de 40%, et des centaines de nouvelles organisations non gouvernementales, PME et autres groupes axés sur l’apiculture ont fait leur apparition (Centre for International Forestry Research, 2010). Le prix du litre transformé s’est lui aussi considérablement apprécié – il était de 4000 francs CFA (environ 7,50 dollars É. U.) en 2014, contre seulement 1500 francs CFA (environ 2,83 dollars É. U.) avant la reconnaissance de l’indication géographique Cameroon Tribune, 2014).
En plus de ces différentes entreprises, des milliers de personnes participent à la production officielle de miel blanc d’Oku par le biais de coopératives telles que la OHC et de l’Association des producteurs de miel blanc d’Oku créée par cette dernière, Toutes bénéficient d’un meilleur revenu grâce aux prix plus rémunérateurs rendus possibles par la désignation géographique enregistrée, qui a eu pour effet d’améliorer la situation économique et sociale de tous les participants à la commercialisation de ce produit (according to the Cameroon Tribune, 2014).


Les qualités et la couleur blanche caractéristique du miel d’Oku résultent de la pollinisation par les abeilles des fleurs blanches des forêts d’Oku (Photo : Flickr/Tom Phillips)

   Un bourdonnement d’activité autour d’une indication géographique.

La transmission du savoir faire apicole de génération en génération est un moyen de permettre à la jeunesse rurale de se prendre en main et d’améliorer ses perspectives économiques et sociales (FAO, 2012). L’indication géographique du miel blanc d’Oku peut en outre être un instrument de développement économique de la région, car elle établit des normes de qualité à maintenir, favorise l’augmentation de parts de marché et encourage les investissements futurs (Joint Research Unit Innovation, CIRAD, 2011). Les enseignements, tant positifs que négatifs, de l’indication géographique protégée du miel blanc d’Oku pourraient également servir d’exemple de la manière d’exploiter efficacement la richesse du continent africain.

EnglishFrench